Header

PORTRAIT – FATOU DIOMÉ

 

Fatou Diome est une femme de lettres née en 1968 sur la petite île de Niodor au Sénégal. Elevée par sa grand mère, elle se découvre très vite une passion pour la littérature française en allant à l’école en cachette car sa grand-mère refuse le fait que sa petite ait une éducation.
Mais Fatou persévère et grâce à l’aide de l’un de ses professeurs qui réussi à convaincre sa grand mère, poursuit ses études.
Fatou rebelle dans l’âme, n’a jamais été en accord avec les traditions de son pays et a toujours marché avec les hommes au lieu d’aider les femmes dans les diverses tâches domestiques.
A la place, Fatou Diome préfère écrire et décide de quitter son village afin de de pouvoir continuer ses études dans d’autres villes du Sénégal.
Elle se débrouille elle même pour financer ses études, en effectuant plusieurs boulots dès son plus jeune âge avant d’entamer des études universitaires à Dakar. A cette époque, elle n’a qu’un seul rêve : devenir professeur de français.
Mais cela va changer lors d’une rencontre. Sa rencontre avec un homme français dont elle tombe folle amoureuse.

Fatou Diome abandonne tout et décide de quitter son Sénégal natal afin de le suivre lui en France.
Arrivée en France, elle déchante. Elle se marie et subit le racisme de sa belle famille qui refuse de l’accepter et de l’intégrer. Elle divorce deux ans après son arrivée.
C’est là que le calvaire débute, elle se voit obligé de devoir faire le ménage afin de subvenir à ses besoins et pour payer ses études pendant six ans.
Après tout ça, Fatou Diome obtient son diplôme de de lettres et philosophie à l’université de Strasbourg avant de décider d’y enseigner.

Elle publie en 2003 son premier roman qui rencontre un franc-succès : Le ventre de l’Atlantique. Ce roman met en avant les rêves d’émigration de la jeunesse sénégalaise qui voit l’opportunité d’émigrer dans un pays européen comme une aubaine et la seule façon de devenir “riche”. Le roman reçoit le Prix des Hémisphères Chantal Lapicque ainsi que le prix littéraire LiBeraturpreis.
Grâce à cette subite renommée, Fatou Diome en profite pour lancer de nouveaux livres : Kétala en 2006, Inassaouvies – nos vies en 2008, Celles qui attendent en 2010, Impossible de grandir en 2013 et plus récemment Les veilleurs de Sangomar en 2019.
Fatou Diome se fait également un nom grâce à sa lutte au panafricanisme pour laquelle elle est invitée sur divers plateaux français au fil des années. Fatou Diome rappelle le passé coloniale des multiples pays européens et les conséquences encore visibles aujourd’hui sur les pays africains. 

Elle vit aujourd’hui à Strasbourg et a publié son sixième roman “Les veilleurs de Sangomar” dans lequel Fatou Diome donne la parole à Coumba, une jeune femme veuve vivant sur la Pointe de Sangomar.

 

 

 

Partager l'info

Vous allez aimer aussi ...

0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *